nlfr

Vision & Approche

La Maison de Transition s’articule autour de trois piliers : la force, la réparation et le lien. La Maison de Transition travaille selon une vision axée sur la force et la réparation. L’approche part de la force de la personne et cible sa réparation.

Outre la force individuelle des participants, le lien entre les participantsest également central. Cette vision se traduit par une attitude que tous les collaborateurs de la Maison de Transition adoptent et véhiculent systématiquement.

Pouvoir donner du sens à sa vie et à sa personne est indispensable pour se sentir être humain à part entière. Le sens, c’est avoir et atteindre des objectifs précieux, le sentiment d’être une valeur ajoutée et se sentir connecté. Chaque pilier vise à aider les participants à formuler des objectifs et à les atteindre étape par étape.

Le sens peut prendre diverses formes et est souvent caché dans de petites choses. L’accent mis sur la force, la réparation et la connexion permet aux participants de constater qu’ils sont capables de réparer les dommages causés et d’atteindre leurs objectifs. Croire à nouveau en vous-même et en une vie pleine de sens crée un espace pour vous engager envers les autres et vice versa.

La Maison de Transition part d’une image positive de l’homme. Selon cette vision axée sur la force, chacun possède des forces, des talents et des ressources dans son environnement et est capable d’évoluer et de changer. Cette vision tient compte des points problématiques et des risques, mais suppose que les limites pour évoluer en tant que personne ne sont pas fixées à l’avance . La Maison de Transition est convaincue qu’avec un soutien approprié, les gens peuvent continuer à développer et déployer leurs forces et leurs talents.

La vision de la réparation traite le comportement déviant et la criminalité comme un conflit social dans lequel différentes parties sont toujours impliquées : l’auteur des faits, la ou les victimes, le réseau social et la société. Chaque intervention tient compte de ces quatre liens. Le participant bénéficie d’un soutien pour reconnaître qu’il a porté préjudice à la victime, à son entourage et à la société. Ce constat peut être difficile, mais est nécessaire pour arriver à une réparation personnelle et à la prise d’actions concrètes vis-à-vis d’autrui pour réparer les dommages causés (indemniser la victime, entamer une médiation réparatrice, renforcer le lien avec les enfants, soutenir le partenaire, faire du bénévolat, etc.).

Développer ses propres forces et parvenir à la réparation ne peut se faire seul. Il faut des relations humaines, c’est pourquoi le lien est nécessaire. Le fait que les participants de la Maison de Transition vivent en groupe revêt une valeur inestimable. Les participants apprennent à collaborer, à résoudre des problèmes, à communiquer, à se confronter mutuellement, à s’occuper les uns des autres, à gérer les frustrations et les conflits. C’est ainsi que la Maison de Transition est plus qu’une maison où ils séjournent ensemble. Elle offre un cadre sûr où ils trouvent temporairement un foyer. L’accent est mis sur la participation : les participants ne sont pas seuls face à leur propre parcours individuel, mais ils assument aussi une responsabilité pour le groupe et le projet.

Apprenez-en davantage sur les trois piliers ici.