nlfr

Séjour

Pendant leur séjour, les participants se préparent à reprendre et à organiser, d’une manière qui ait du sens, leur vie et leur place dans la société. Ils sont immergés dans un large éventail de contenus axés sur la force et la réparation.

Un séjour en Maison de Transition est placé sous le signe de tous les aspects faisant partie de la vie quotidienne dans la société. Ces aspects sont proposés et évalués de différentes manières. Il existe des limites claires au sein desquelles les participants peuvent à nouveau donner forme à leur avenir. Ces limites leur offrent clarté et sécurité, mais leur laissent suffisamment de latitude pour prendre leurs propres responsabilités. 

Parcours individuel

De commun accord avec le coach de force et le coordinateur de la Maison de Transition, le participant établit un emploi du temps hebdomadaire composé de diverses activités en vue de la réinsertion : recherche de logement, suiviune formation, recherche d’emploi/ travaill, aide sociale, maintien des contacts avec le réseau social, sport, etc. Les activités sont une traduction des objectifs individuels du plan de placement. Les activités en dehors de la Maison de Transition sont intégrées graduellement : progressivement, la réinsertion prend davantage forme en dehors de la Maison de Transition, dans la société.

Plusieurs personnes impliquées suivent de près les activités et le comportement du participant. Cela se fait tout d’abord par les coachs de force et de vie, et le coordinateur de la Maison de Transition. En outre, un collaborateur du service psychosocial et la direction de la prison sont aussi étroitement impliqués dans l’avancement du projet de réinsertion des participants, en partie en vue de l’établissement de rapports dans le cadre du Tribunal d’exécution des peines (TAP).

Processus de groupe

Les participants de la Maison de Transition vivent en collectivité, ce qui revêt une valeur inestimable. Avec les participants, nous faisons en sorte de créer une ambiance où la communication ouverte, honnête et respectueuse est la norme.

Les participants se respectent mutuellement, sont attentifs au bien-être de chacun et apprennent à résoudre les conflits de manière constructive. Tenir compte les uns des autres implique aussi parfois de différer ses propres besoins afin de penser et d’agir en fonction du collectif. Les participants vivent ensemble de manière intensive, s’entraident, se prêtent mutuellement une oreille attentive, se réjouissent des succès et compatissent dans les moments difficiles.

Afin de stimuler le processus de groupe et la responsabilité partagée, nous organisons deux fois par mois une réunion des participants. La présence de tous les participants est requise. Pendant ce moment en groupe, les participants et les coachs discutent de la vie dans la Maison de Transition, et les participants peuvent mettre leurs propres talents en lumière.

Ils abordent également un thème de fond : gestion du budget, apprendre à poser sa candidature à un emploi, limites, assertivité, réparation, victimisation, relations et sexualité, paternité ou tout autre sujet à propos duquel les participants veulent/peuvent en apprendre plus. Si cela s’avère utile, des organisations partenaires externes sont invitées à apporter leur point de vue et leur aide.

Nous organisons aussi régulièrement des activités de groupe encadrées à l’extérieur de la Maison de Transition. Il peut s’agir d’activités sportives, culturelles, etc.

À cause de la pandémie du coronavirus, la Maison de Transition est elle aussi actuellement limitée dans l’organisation des activités de groupe. Le fonctionnement de la Maison de Transition tient scrupuleusement compte des mesures en vigueur et est toujours axé sur la sécurité des participants et du personnel.

Internet, GSM, gestion du budget

Comme le stipule le règlement d’ordre intérieur de la Maison de Transition, les participants ont à leur disposition un ordinateur ayant une connexion internet et un téléphone fixe. Ils ont le droit d’avoir leur GSM sur eux et gèrent leurs propres ressources.

Dans notre société de plus en plus digitale, le téléphone et l’accès à internet sont des conditions essentielles pour se former, s’épanouir et évoluer en tant qu’être humain. Ces outils sont devenus indispensables dans la recherche d’une formation, d’un emploi ou d’un logement. Le téléphone et l’accès à internet sont également précieux pour entretenir des contacts réguliers avec la famille et les enfants. La digitalisation touche tous les aspects de notre vie. En ayant accès à ces outils, les participants font partie à part entière de la société. C’est la raison pour laquelle ils ont libre accès à internet et peuvent avoir leur GSM avec eux. Ceux qui n’ont pas de GSM peuvent toujours utiliser le téléphone de la Maison de Transition.

Afin de promouvoir l’autonomie dans tous les domaines, les participants de la Maison de Transition gèrent également leurs propres finances. Moyennant un encadrement intensif du coach de force et au besoin d’un soutien externe, les participants apprennent à gérer leurs finances de manière responsable, notamment en payant les amendes et les dommages-intérêts. Les participants qui n’ont pas de compte bancaire, règlent ceci avec leur coach de force pendant la première semaine de leur séjour. 

Rapports

Sous la responsabilité du coordinateur, le coach de force rédige un rapport mensuel sur le déroulement du parcours du participant. Il le remet au directeur de la prison qui gère le dossier de détention. Il discute également du rapport avec le participant en toute transparence.

Le rapport de placement décrit :

  • Le processus du participant en ce qui concerne le travail axé sur la force, la réparation et le groupe.
  • Les connaissances acquises et les actions entreprises dans tous les domaines de vie.
  • Le déroulement des activités reprises dans le plan de placement et le déroulement des permissions de sortie/congés pénitentiaires.
  • Le respect des dispositions du règlement d’ordre intérieur.
  • Les difficultés et incidents éventuels.
  • Le respect de conditions particulières.
  • Un aperçu des moments où le participant a quitté la Maison de Transition et dans quel but.