nlfr

L’équipe

L’équipe de la Maison de Transition se compose de 10 collaborateurs : 6 coachs de vie, 3 coachs de force et 1 coordinateur. Cette équipe pluridisciplinaire combine différentes expertises et formations psychosociales. L’équipe comprend entre autres des éducateurs, des travailleurs sociaux et des criminologues.

    Les coaches de vie encadrent la la vie en communauté

    Dans la Maison de Transition, au moins un coach de vie est présent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Le coach de vie :

  • Soutient la vie en communauté et a pour tâche de suivre, coordonner et réaliser les activités quotidiennes dans la Maison de Transition. Il encadre toutes les actions que font quotidiennement les participants (tâches ménagères, hygiène personnelle, rendez-vous avec des prestataires de services, détente, activités de groupe, etc.).
  • Fait office de premier point de contact et de coachpour les participants.
  • S’assure que les accords et les règles sont connus des participants, en assure le suivi et le contrôle.
  • Préside chaque jour le briefing du matin avec les participants et assure le suivi des activités des participants en dehors de la Maison de Transition.
  • Encadre les participants pour qu’ils prennent le contrôle de leur propre vie. Si nécessaire, il soutient tant le processu de groupe que les participants individuels dans leurs processus de réparation.
  • Décèle les talents des participants et crée une ambiance (de groupe) suffisamment sécurisante pour qu’ils puissent déployer leurs talents.
  • Entretient une communication et une collaboration étroites avec les autres coachs de vie, les coachs de force et le coordinateur, afin que les thèmes en application dans le groupe puissent être repris par toute l’équipe.

Ici nous ne jugeons pas une personne par les erreurs qu’elle a commise, mais par ce qu’elle a appris de celle-ci et ce qu’elle fait pour y arriver.

Romain Nis (Coach de vie)

    Les coachs de force se concentrent sur des parcours axés sur la force et la réparation.

    Chaque participant suit un parcours individuel axé sur la force et la réparation. Le coach de force :

  • Est proche du participant et fait office de coach, de guide et de médiateur. Il joue le rôle de personne de confiance et aide le participant à développer et à renforcer son autonomie.
  • Se concentre sur les forces, les talents et les opportunités, sans ignorer les risques.
  • Travaille autour des 10 domaines de vie tout en restant axé sur les forces.
  • Travaille en étant axé sur la réparation et stimule le participant à assumer la responsabilité de son passé et de son avenir. Ces derniers transposent ceci en actions de réparation concrètes : paiement de dommages-intérêts, entrer en dialogue, présenter des excuses, faire du bénévolat, etc.
  • Oriente vers l’accueil, l’assistance et les services existants et vers l’aide sociale classique.
  • Soutient le participant dans des contacts avec d’autres services concernés (justice, services sociaux, employeur, etc.) ainsi qu’avec son réseau social.
  • Suit les objectifs du plan de placement et fournit un rapport mensuel à la prison.
  • Entretient des contacts étroits avec le service psychosocial (SPS) de la prison, qui assure également le suivi du dossier du participant.
  • Prépare le participant à une demande de libération conditionnelle (LC) ou de surveillance électronique (SE) dans le cadre du tribunal d’application des peines (TAP).
  • Chaque coach encadre 5 participants dans la Maison de Transition et suit 1 à 3 personnes qui ont quitté la Maison de Transition dans le cadre de la continuité du suivi.
  • Entretient des contacts étroits avec les autres coachs de force, les coachs de vie et le coordinateur afin que le parcours individuel soit toujours intégré dans le processus plus large.

Nous aidons les participants à regarder devant soi et à utiliser leurs forces pour se dire « Et pourquoi pas ».

Meriem Bouali (Coach de force)

    Coordinateur

    Le coordinateur se charge de la gestion de la Maison de Transition. Le coordinateur :

  • Dirige l’équipe et assure les interactions structurelles avec les différents partenaires et acteurs.
  • Assure la collaboration et les contacts avec le quartier, les partenaires de la collaboration, le terrain social local, la Direction générale des Institutions pénitentiaires (DG EPI), la Direction Gestion de la détention (DGD), la police, les autorités locales, les prisons partenaires, etc.
  • Est responsable de la vision et du cadre méthodologique.
  • Soutient le groupe de participants, notamment en organisant et en présidant les réunions de participants.
  • Assume la responsabilité finale pour la Maison de Transition dans le plan de placement de chaque participant, le suivi et le contrôle des permissions de sortie (PS) et du congé pénitentiaire (CP), et la collaboration avec la prison locale, la DGD et la DG EPI.

La maison de transition est un pont où les limites deviennent des possibilités

Ambre Deprez (coordinatrice)